janvier, 2008 Archive

jan 04

Lundi, le 17 décembre 2007,  les à‰tats-Unis et la Commision Européenne sont arrivés à  un accord sur la question de la permissivité du marché américain des jeux d’argent en ligne. De véritables batailles ont été menées pour faire les USA enlever les interdictions adressées aux sociétés étrangères qui voulaient ouvrir un site des paris en ligne sur le marché américain. Cette loi, évidemment, est contraire au principe du libre-échange valable pour tous les pays membres de l’Organisation Mondiale du Commerce.

En fait, ce qui a déterminé l’adoption de cette loi discriminatoire a été le montant gigantesque dépensé par les internautes américains sur les sites basés à  l’étranger. Au total de 9,4 milliards d’euro existants sur le marché mondial des jeux, les joueurs américains contribuaient en 2005 avec 3,1 milliards! Les promoteurs de la loi américaine ont soutenu leur position sur des arguments de moralité, mais le but principal de la loi était celui de la protection du marché intérieur.

La “bataille” a été déclenchée en 2004 par Antigua-et-Barbuda, un à‰tat des Caraà¯bes qui a vu un nombre significatif d’emplois mis en danger par la loi américaine. Ensuite, toute cette affaire s’est étendue; des parti-pris sont apparus principalement du côté des réclamants: L’Union Européenne, le Canada, la Chine, le Taiwan et de grandes sociétés activant dans le domaine des jeux en ligne. La RCA, représentante de ces sociétés, a signé récemment une plainte qui signalait à  la Commission Européenne les pratiques discriminatoires des EU. L’accord établi le 17 décembre facilite l’accès des sociétés européennes aux marchés américains du courrier et de la logistique.